Projet de règlement autorisant la construction, la transformation et l’occupation du Centre de tennis du parc Jarry : l'OCPM rend public son rapport

Communiqué de presse | Pour diffusion immédiate: 
20 August 2003
Français

 

Montréal, 20 août 2003 – L’Office de consultation publique de Montréal rend public aujourd’hui son rapport portant sur le projet de règlement P-03-093 autorisant la construction, la transformation et l’occupation du Centre de tennis du parc Jarry dans l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. Ce projet de règlement fait suite à une demande de changement de zonage déposée par le Centre de Tennis du Parc Jarry (CTPJ - Tennis Canada), visant l’agrandissement et la modification de ses installations sportives situées au parc Jarry. Ce projet prévoit aussi un réaménagement des espaces libres ceinturant les constructions existantes et projetées.

La commissaire Mme Louise Roy a assuré la présidence de la commission; elle a été secondée par le
commissaire M. Bernard Hogue. Les audiences publiques ont débuté le mercredi 18 juin et se sont
terminées le jeudi 19 juin 2003 au Centre 7400.

L’Office de consultation publique avait tenu, en février et mars derniers, une première consultation sur
le projet de Tennis Canada visant la modification au plan d’urbanisme, plan directeur de l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. Suite au rapport de l’Office, Tennis Canada a modifié son projet et le plan d’urbanisme a été modifié en conséquence. La consultation tenue en juin dernier portait, quant à elle, sur un projet de règlement qui prévoit les usages autorisés ainsi que les normes encadrant la construction, la transformation de bâtiments ainsi que les aménagements paysagers sur le site.

Selon la Commission, la proposition d’agrandissement du CTPJ est justifiée d’abord au chapitre du maintien de Montréal dans la course des Internationaux. En réponse aux préoccupations des citoyens, Tennis Canada a modifié son projet initial réduisant son droit superficiaire de 767 m2 mais la réalisation du projet modifié requiert encore une avancée dans la plaine du parc de près de 6,5 mètres et les échanges de terrain n’ont pas tous la même valeur. De plus, Tennis Canada aimerait éventuellement ajouter une zone de montage et de démontage d’installations temporaires (zone 3), en avancée dans le parc, en dehors de son droit superficiaire. Le promoteur a inscrit cette zone dans les plans présentés au public. Du point de vue de la Commission, puisque cette zone ne fait pas partie du territoire considéré par le projet de règlement P-03-093, elle ne devrait pas être évoquée dans l’autorisation; elle pourrait par ailleurs être traitée dans le cadre des demandes  annuelles présentées à la Ville de Montréal. En conséquence, le sentier principal ne devrait pas être déplacé comme le projet le propose.

La Commission croit que Tennis Canada pourrait accélérer la révision globale de son approche relative au stationnement et renoncer au stationnement temporaire saisonnier, situé sur l’aire gazonnée près de la rue Faillon. Cet espace de valeur pourrait être redonné au parc, aménagé en aire de repos pour les usagers et retiré du droit superficiaire. Si cela était le cas, l’empiètement de 6,5 mètres dans la plaine du parc apparaîtrait plus acceptable et Tennis Canada y trouverait aussi son avantage.

En conséquence, la Commission recommande que l’article 1 du règlement P-03-093 exclut la zone gazonnée, près de la rue Faillon, du périmètre considéré ainsi que du droit superficiaire et que Tennis Canada soit autorisé à aller de l’avant si c’est le voeu des décideurs publics. L’article 5, portant sur le stationnement temporaire, devrait aussi être abrogé. La Commission recommande également que les usages spécifiques et complémentaires inscrits à la proposition de règlement soient acceptés à l’exception des usages « musée, bibliothèque, salle d’exposition, garderie, épicerie », qui devraient être retirés parce qu’ils pourraient venir faire concurrence à des services déjà existants dans les quartiers environnants. Les prescriptions du cadre bâti ont été révisées et ne présentent pas de problème. Ils devraient être maintenus ainsi que les critères d’aménagement inscrits au projet de règlement.

La présence des clôtures constitue un irritant majeur pour les résidants du quartier et les usagers du parc Jarry. La Commission est d’avis qu’il est nécessaire que le retrait des clôtures et le déménagement des installations électriques soient les premiers gestes posés dans le cadre du projet de transformation et de réaménagement du site et que l’ensemble de la plaine soit rendue accessible au public dès le début de la prochaine saison estivale. Tennis Canada semble d’ailleurs ouvert à cette approche. La Commission recommande que les paramètres de la servitude d’accès devraient être inscrits au règlement P-03-093 et que des clauses pénales sévères soient prévues en cas de non-respect.

La Commission recommande également que le temps de montage et de démontage des clôtures soit considérablement réduit et que les restrictions au stationnement asphalté près de la rue Faillon ne s’appliquent que pendant les événements. Des prescriptions devraient êtres inscrites à cet effet dans le règlement.

En conclusion, la Commission considère que le tennis fait partie du parc Jarry depuis longtemps et que les acteurs devront y vivre ensemble dans l’avenir. La Commission recommande à la Ville de Montréal et à Tennis Canada de faire tous les efforts requis pour établir une relation de confiance entre tous les intervenants du quartier, y compris les usagers du parc. À cet effet, la Commission recommande la création d’un comité d’usagers du parc Jarry dans les plus brefs délais et la nomination de quelques représentants des organismes du quartier au Comité conjoint Tennis Canada – Ville de Montréal. Les échanges, à travers ces comités, permettront de mieux comprendre les besoins des uns et des autres, de s’entendre sur les demandes annuelles, y compris celles relatives à l’utilisation d’une éventuelle zone supplémentaire dans la plaine du parc, pour l’installation de chapiteaux.

Rappelons que l’Office de consultation publique a pour mission de tenir, sur tout projet désigné par le conseil municipal ou le comité exécutif, et à la demande de l’un ou de l’autre, des audiences publiques sur le territoire de la ville de Montréal. Pour plus de renseignements, on peut consulter le site de l’Office à l’adresse suivante : www.ocpm.qc.ca.

– 30 –

Jean-François Viau
Président de l’Office de consultation publique de Montréal
Tél. : (514) 872-3568

Information complémentaire
Arrondissement: 
Arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension
Type: 
Immobilier commercial