Conférence : Colette Roy Laroche

OCPM3C

Engagement, acte par lequel on s'engage à accomplir quelque chose; promesse, convention ou contrat par lesquels on se lie.

Les citoyens de Ville de Lac-Mégantic sont engagés dans une démarche de participation citoyenne d’une ampleur unique. À la suite de l’accident ferroviaire survenu en juillet 2013, détruisant et contaminant une partie importante du centre-ville, Lac-Mégantic a été confrontée au besoin d’entreprendre une reconstruction considérable. Les concepts d’aménagement et de développement durable ne se conjuguant plus sans la participation de la collectivité, les élus ont cru à la nécessité d’engager activement les citoyens dans la réflexion et la prise de décision. « Nous avons décidé de prendre un tout autre chemin. Il paraît peut-être plus long, plus risqué, mais à la fin, il nous permettra de gagner du temps et il conduit à une forte acceptabilité sociale », explique Colette Roy Laroche, mairesse de Lac-Mégantic.

Temps, durée plus ou moins définie, dont quelqu’un dispose.
Temps, mouvement ininterrompu par lequel le présent devient le passé, considéré souvent comme une force agissant sur le monde, sur les êtres.

Huit mois après la nuit du 5 au 6 juillet 2013, les Méganticois ont été appelés à entamer un processus visant à redéfinir leurs repères de travail, de rencontres, de divertissements, de commerces, et pour parler de l’ambiance et de l’identité qu’ils voulaient donner à ces lieux. Cette démarche d’envergure a été lancée sous le nom : Réinventer la ville [www.réinventerlaville.ca]

Le processus a été entamé avec une population sous le choc.  « La démarche était nouvelle et les sentiments de toutes les natures », explique la mairesse.  Tensions et divergences d’opinions ont fait partie du processus. Certains citoyens voulaient rebâtir ce qui existait ou, du moins avec une allure ancienne, tandis que d’autres voulaient créer à neuf. Les jeunes, par exemple, ont demandé des espaces comprenant des infrastructures appropriées à leurs besoins, ce qui n’était pas le cas de l’aménagement antérieur.

La démarche requérait un travail préparatoire exigeant. Avant de l’entamer, l’équipe a rencontré une soixantaine de personnes de la grande région de Lac-Mégantic (leaders dans tous les secteurs d’activités, représentants d’associations actives, employés de la fonction publique) pour présenter leur intention, tester des approches et rallier l’ensemble de la collectivité à un même objectif. D’ailleurs, les animateurs d’ateliers ont été recrutés parmi ces personnes et plusieurs accompagnent la démarche encore aujourd’hui.

Les Méganticois ont répondu à l’appel. « Au début, ils se voyaient comme spectateurs et pas comme acteurs. Petit à petit les gens ont compris. On sent que leur engagement est acquis maintenant », indique Mme Roy Laroche. « Cette démarche a été thérapeutique ».

Réinventer, donner une nouvelle dimension à quelque chose qui existe déjà, le découvrir de nouveau.

La gestion d’une démarche aux étapes multiples d’une telle envergure requiert un grand niveau de communication et de coordination. Pour l’encadrer, maintenir un lien entre les parties prenantes et tendre vers une vision commune, la Ville de Lac-Mégantic a créé un Comité d’aménagement et de mise en œuvre du centre-ville (CAMEO). Le CAMEO regroupe l’ensemble des parties prenantes liées à la reconstruction : gouvernement municipal, provincial et fédéral, partenaires citoyens, du monde des affaires et représentants de groupes associatifs. Il a aussi fait appel à des consultants tel l’organisme Convercité pour appuyer leur travail.

Réinventer la ville se veut une démarche inclusive composée de plusieurs types d’activités participatives.

  1. Échanges en salle avec les citoyens

La démarche a débuté avec deux grandes phases :
La première en était une d’idéation. Deux séries d’ateliers communautaires réunissant respectivement 280 et 240 participants ont permis des discussions ouvertes en groupes de huit à dix citoyens sur des thèmes proposés. Le format retenu a offert un espace utile pour partager et définir les grandes orientations de la reconstruction et de l’aménagement du territoire. Tout en renforçant l’adhésion des citoyens à la démarche, la deuxième série d’ateliers tenue un mois plus tard, a permis de commencer à tendre vers des consensus car, tout en gardant une ouverture aux nouvelles directions, les points de convergences émergeant des discussions précédentes ont été utilisés comme base pour poursuivre. Le résultat a été un plan préliminaire d’aménagement présenté en juin 2014. Les citoyens ont ensuite eu l’été pour réagir et à l’automne, un plan retravaillé a été soumis.

La deuxième phase en était une de pratique et de profondeur. Le format retenu a été celui de sept groupes de travail (arts et culture, économie, développement social, jeunesse, tourisme, sports et loisirs ainsi qu’éducation, recherche et innovation). Les dix à quinze membres des groupes thématiques étaient accompagnés d’une personne-ressource ayant une expertise dans le domaine. Ensemble, ils devaient identifier les défis principaux de leur thématique et concevoir des projets prioritaires qui répondraient aux enjeux. Onze projets prioritaires ont ensuite été présentés et votés dans le cadre d’États généraux ouverts à toute la population.

Pour assurer une cohérence, accompagner les groupes thématiques et éviter des dédoublements de projets, un comité de pilotage a été mis sur pied. Il était composé d’une vingtaine de personnes, soit l’équipe de Réinventer la ville, des représentants municipaux, des membres de chaque groupe thématique, ainsi que toutes les personnes-ressources.

  1. Outils de communication multiples

Dans l’optique de communiquer avec un bassin de population large et diversifié, Lac-Mégantic s’est dotée de multiples outils tels une infolettre hebdomadaire, un site Internet portant exclusivement sur la démarche, avec un contenu en texte et en vidéo, des documents de référence distribués à la suite de chaque rencontre publique. L’administration a aussi fait le choix de communiquer avec les gens par les moyens qu’ils utilisaient avant la tragédie, donc avec la ligne téléphonique de la municipalité et l’hebdomadaire local.

Par souci d’accessibilité et désir de rétroaction, Lac-Mégantic a aussi ajouté la possibilité de consulter par des outils numériques. Les questions posées en ateliers l’ont aussi été par Internet, et une intervention reçue par courriel avait autant de poids qu’un commentaire émis dans la salle.  « Ça donne souvent une autre dimension. Je ne dirais pas qu’il est plus riche ou moins riche, mais ça donne une autre dimension. Les gens ont un certain recul, ont eu le temps de parler à des concitoyens, de réviser des documents qu’on leur avait laissés. Ils sont en mesure de se faire une meilleure opinion et de détailler un peu plus leur proposition », explique Stéphane Lavallée, responsable de la démarche de participation citoyenne Réinventer la ville.

  1. Charrette d’architecture et de design

Pour obtenir des idées originales qui permettraient de redéfinir la section détruite du centre-ville, la ville a organisé une charrette d’architecture et de design en novembre 2014. L’expression désigne une activité de remue-méninges collectif pour générer des concepts sur un sujet d’aménagement.

Munis de photos d’époque et des plus récentes, de recherches sur le patrimoine bâti de Lac-Mégantic, de plans du centre-ville, du rapport d’étape de la démarche de participation et de la consigne de travailler avec les matériaux locaux, soixante-dix professionnels en architecture et en design se sont mobilisés pour réfléchir à la signature architecturale et paysagère des nouveaux aménagements du secteur sinistré. Les professionnels ont participé pendant une journée, sur une base volontaire, et ont cédé leurs droits sur les idées développées. Par la suite, les projets ont été présentés à une centaine de citoyens qui ont voté pour les idées les plus porteuses, à titre indicatif. Les professionnels ont aussi voté.

Afin de favoriser la participation et l’acquisition de connaissances durant la journée, les citoyens pouvaient appuyer une équipe en tant que « spécialistes du terrain ».  Stéphane Lavallée s’est dit étonné par la diversité des gens qui ont voulu assister à la présentation des projets. Quant à l’atteinte de leurs objectifs, la réponse est mitigée.  Les projets proposés en ont impressionnés plusieurs, mais les attentes étaient élevées. « On avait sous-estimé que les professionnels voudraient beaucoup s’approprier le travail déjà réalisé, mieux connaître le terrain sur lequel on leur demandait de travailler avant de s’avancer à faire des propositions », indique-t-il. Satisfait de la vision architecturale que l’activité a permis de nourrir, il explique quand même que « ceux et celles qui s’attendaient à voir des dessins de bâtiments à la fin de la journée et un centre-ville tout dessiné ont été déçus. »

La charrette d’architecture est un court exercice unique qui demande la capacité de mobiliser d’importantes ressources humaines externes. Il engage un groupe restreint de citoyens en mode de consultation, mais qui peut accroître la visibilité d’un projet, à travers le partage de l’information. Dans le cas de Lac-Mégantic, il a éveillé un intérêt plus grand pour l’aménagement, chez de nombreux résidents. L’exercice est opportun lorsque la vision d’ensemble pour la construction est claire, lorsque les besoins ont été identifiés et que de nouvelles références ou orientations architecturales sont recherchées plutôt que des propositions de projets précises.

Suite à la charrette, Lac-Mégantic a formé un comité-conseil en architecture composé de dix professionnels aux approches et écoles de pensées différentes. Ne voulant pas se substituer aux mécanismes municipaux existants, le rôle du comité demeure à préciser, mais il apportera un appui complémentaire aux initiatives lancées.

Inviter, prier quelqu'un de venir, de se trouver à un endroit donné, à participer à quelque chose.
Inviter, inciter quelqu'un à (faire) quelque chose, l'y porter.

Du codesign à la consultation, en passant par la concertation, Lac-Mégantic a fait usage de toutes les approches pour mettre de l’avant une démarche de reconstruction inspirante, porteuse, mais qui a aussi rencontré des défis. Elle illustre comment des élus et des citoyens peuvent s’y prendre lorsqu’ils décident d’oser faire autrement et de composer avec le risque, l’inconnu et le courage qui accompagnent ces décisions.

Mme Roy Laroche et l’équipe de Réinventer la ville invitent les gens interpelés par leur démarche à échanger avec eux, à adapter les outils à leur réalité et à créer davantage de lieux de partage. Pour ceux et celles qui se poseraient la question, oui, leur expérience a été documentée dans le but de produire un recueil d’interventions en participation citoyenne qui pourrait servir à d’autres communautés. Celui-ci devrait être terminé vers la fin de l’année 2015.

Au nom des Méganticois, Mme Roy Laroche invite aussi à visiter Lac-Mégantic pour, entre autres, voir les installations artistiques nées de projets participatifs visant à renforcer la communauté.

 

- Retourner à la table des matières -