Message d'avertissement

Les soumissions de ce formulaire sont closes.

Avenir du Parc Jean-Drapeau
Votre opinion en ligne

Accès au fleuve

Le parc Jean-Drapeau, situé sur le fleuve Saint-Laurent, englobe les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.

  • Trouvez-vous que son « caractère insulaire » est suffisamment mis en valeur ?
  • Comment les Montréalais et les visiteurs pourraient-ils davantage profiter du fait que ce Parc est entouré d’eau ?

Donnez votre opinion en répondant à une ou plusieurs de ces questions ou faites nous part de vos propres questionnements. 

Résultats

1. Opinion présentée par Jean-Guy Nadeau

L'Accès au fleuve est primordial. C'est lui qui détermine la vocation première première de ce parc, avant les spectacles, les jeux, etc. Explorer la possibilité d'une plage. Il devrait être facile de faire des terrasses au bord du fleuve. Même un café, un bar ou un bistro.

2. Opinion présentée par Jean-Guy Nadeau

L'Accès au fleuve est primordial. C'est lui qui détermine la vocation première première de ce parc, avant les spectacles, les jeux, etc. Explorer la possibilité d'une plage. Il devrait être facile de faire des terrasses au bord du fleuve. Même un café, un bar ou un bistro.

3. Opinion présentée par Antoine Markon

Faire une vague de surf artificielle, même en arrivant à l’aeroport on a mis des images de surf sur le saint Laurent, en ayant des installations plus adaptées, nous pourrions attirer une nouvelle clientèle partout à travers le monde

4. Opinion présentée par Ludovic Chagnon

Permettre des rampes de mises à l'eau pour de petites embarcations (ex: pas plus de 20'). Des excursions pourraient être planifiées avec la sépaq juste un peu en aval (îled de Boucherville) : Avec ou sans guide, location d'embarcations ou non, avec cours ou atelier de navigation et le permis pour les petites embarcations.
Des groupes de camps de jours pourraient profiter des possibilités qu'offrent ces parcs.

5. Opinion présentée par Normand Arseneault

Une restauration de la Place des Nations est de mise.A-t-on encore un peu de fierté sur l'apparence de cet endroit au PJD? Abandonnée depuis des années,la PDN a l'air d'un dépotoir.On n'a même pas encore enlevé les poutres des passerelles tombées depuis quelques années.On a l'impression que la Direction du PJD a volontairement négligé d'entretenir la PDN afin de pouvoir dire un jour qu'elle est maintenant en si mauvais état qu'elle est irrécupérable et qu'il faut tout démolir.On a été excellent dans l'art de négliger et détruire inutilement au PJD. Je pense entre autres aux lampadaires qu'on a enlevés et détruits il y a 4 ou 5 ans sous prétexte qu'on ne pouvait plus les faire fonctionner.Personne au PJD n'a pensé un instant,ne serait-ce qu'un bref instant,que ces lampadaires constituaient de magnifiques vestiges de l'Expo 67 et qu'on aurait simplement pu les laisser là où ils étaient?

6. Opinion présentée par odette cloutier

Non, sous exploité.Je serais en faveur d'un assainissement du fleuve et des accès de baignade. On devrait avoir accès à l'année à la vue sur le fleuve : plus de bancs pour s'asseoir et des aménagements accessibles et confortables pour contempler le fleuve en toute saison

7. Opinion présentée par Anne-Véronique Juneau

J’aimerais qu’il y ait un accès nautique sur le fleuve avec possibilité de location de kayak et voile (voir même des sorties guidées? une école de voile?) bien sûr à un endroit sécuritaire en fonction du courant. Un peu comme cela se fait dans les Îles de Boucherville, au bassin de Laprairie et au Récréoparc de Ste-Catherine. Merci!

8. Opinion présentée par Marc Gilbert

Ce sera l'enjeu du 21e siècle. Nous sommes en retard, car depuis plus de 20 ans, toutes les grandes capitales vont dans cette direction. Redonnez l'accès aux cours d'eau aux populations.

9. Opinion présentée par Guillaume Le Nigen

L’aménagement d’une immense marina intégrée à des aménagements paysagers de grande envergure, incluant des lagoons donnerait un caractère unique au site. Cette marina devrait pouvoir accueillir d’immenses yachts pour la clientèle de la F1, mais aussi des embarcations plus modestes comme ce que l’on retrouve à la marina de La Ronde. Des séjours nocturnes sur l’eau et l’aménagements de yourtes sur la plage transformerait ce site en un endroit où passer des vacances. Des cours de bateau pour l’obtention du permis de bateau et des stations pour les services aux plaisanciers en ferait un hub pour les clubs nautiques.

10. Opinion présentée par Benoît Germain

Donner un accès permanent au public à tout le pourtour des îles, même s'il y a des événements (à part lors du Grand prix ) Les îles sont la propriété du public et non de promoteurs. Donc les sentiers périphériques pour piétons et pour cyclistes devraient absolument être priorisés et aménagés, incluant des aires de repos ou de pic-nique.
Prévoir quelques haltes chauffées pour l'hiver.

11. Opinion présentée par Miguel Da Rocha

Il serait agréable que la location de bateaux électriques, de canot, kayak et paddle board soit disponible sur l'Île Sainte-Hélène.

12. Opinion présentée par Guylaine Côté

Des milliers de bateaux passent sur le fleuve et, ne peuvent pas accoster sur l'ile pour venir profiter des nombreux attraits comme la plage et le casino soit pour jouer et /ou manger. Comme le casino de Hull, nous pourrions y aménager des quais pour visiteurs en bateaux. Les plaisanciers propriétaires de bateaux sont négligés. La plupart ont des revenus considérables et nous devrions les accommoder dans le but d'augmenter les revenus de l'ile

13. Opinion présentée par Marie-Lune Pelletier

Puisque le parc Jean-Drapeau est sur une île, je pense que l’aménagement d’un parc d’eau vive serait approprié.

L’aménagement d’un parc d’eau vive, comme celui de Valleyfield, permettrait un meilleur accès à ce sport. Présentement pour une initiation au kayak d’eau vive, il y a un seul endroit à Montréal, puis sinon les intéressé doivent ce deplacer d’au moins un heure en voiture.

L'accès d’un site d’eau vive sur le site du parc Jean-Drapeau serait selon moi bénéfique pour les adeptes de sensation forte.

14. Opinion présentée par Frédéric Voisard

Un parc aquatique d'eau vive, mettent en vedette des vagues stationnaires, serait une excellente façon de mettre en valeur la qualité insulaire du parc. De plus, Montréal est déjà reconnue à l’international pour la qualité des vagues a haut débits dans les rapides de Lachine. Une alternative sécuritaire et proche du centre urbain serait une excellente vitrine pour les sports aquatiques a propulsion humaine, tel que le kayak, le raft et le surf.

15. Opinion présentée par Émie Savard

La communauté d'eau-vive des alentours pourrait fortement bénéficier de l'installation d'un parc d'eau-vive, car le plus proche se situe à valleyfield. Plus contraignant pour ceux n'ayant pas de moyens de transport. L'essort et la popularité de ces disciplines sont en grandissants témoignant davantage l'intéret de faciliter la pratique et le développement de ces fabuleux sports que sont le kayak et le canot d'eau-vive. Finalement, cela favoriserait le développement de nos athlètes de slalom et ouvrirait montréal à recevoir des championats canadiens et/ou mondiaux.

16. Opinion présentée par Pierre Sormany

Compléter le sentier piétonnier qui suit les rives, partout où c'est possible, et sur les deux îles.

17. Opinion présentée par Dany Beauséjour

Un parc pour le canoë kayak d'eau vive en slalom et rodéo. On aurait dû avoir ça en 1976, mais trop corruption dans les travaux du stade et oups on coupe le kayak des jeux. C'est le temps de corriger le tout. Faite comme à Prague , ça fonctionne super bien un club au centre ville.

18. Opinion présentée par Emmy Perreault-Turmel

Utiliser cette partie du fleuve afin d'aménager un secteur pour la pratique du kayak slalom. Il y aurait très peu d'aménagement à faire pour cela et ça serait super attrayant pour les Québecois!

19. Opinion présentée par Daniel Warthold

Je trouve que l'on ne se rappelle plus que le parc est une île, car on ne voit pas le fleuve. Pour profiter du fait que la parc est entourée d'eau, faut d'abord la voir cette eau. Concrètement, cela signifie couper des arbres, dégager la vue, redécouvrir les canaux de l'ïle Notre-Dame dont on ignore presque l'existence tant ils sont cachés et envahis par la mauvaise végétation. La gestion de la végétation le long des berges a été inexistante depuis très longtemps.

Même constatation du côté de l'île Sainte Hélène. Il suffit de s'éloigner de quelques mètres du pourtour pour que l'on n'y voit plus le fleuve, tant les arbres trop nombreux cachent la vue. Idem avec le lac des Cygnes. On s'y éloigne quelques mètres, et il disparaît, masqué par les arbres.

20. Opinion présentée par denis taillefer

Aménagé de lieux d’observations qui permet aux visiteurs d’admirer la ville, sa nature et surtout le fleuve sous ses différents aspects.

Étudié la possibilité de faire des associations avec d’autrès parcs et lieux qui ont accès au fleuve.

Aménagement d’un site d’eau-vive de canot-kayak accrédité entre les deux îles.

Sur les berges, la prudence est de mise. Il y a beaucoup de tourbillons, de sallis, de hauts fonds, de remous et de contre-courants. Tout aménagement mérite la prudence! Et ce, tout le tour du parc.

La tour de Lévis est un lieu privilégié pour mettre en évidence et apprécié l’insularité du parc. Un lieu intéressant pour en faire un centre d’interprétation sur le fleuve et ses différentes transformations avec le temps.
Vois maritime, création des îles pour 67, le port de Montréal et autres. Le tout pourrait être en relation avec les différents panoramiques aménagés. Du pont de la Concorde, de la Cité du Havre, des îles Ste-Hélene, Notre-Dame,
La Ronde et les écluses de la voie maritimes !

Aménager des lieux spécifiques pour la pêche.


Vous aimeriez faire une contribution de plus de 250 mots ? Faites-nous parvenir un document !

Envoyer un document