Message d'avertissement

Les soumissions de ce formulaire sont closes.

Les voies d'accès au mont Royal (Camillien-Houde / Remembrance)
Votre opinion en ligne

Environnement

Vaste notion, l'environnement peut s'entendre ici comme la recherche d'une meilleure qualité de l'air, de l'eau, des sols, ainsi que la réduction de la pollution sonore, dans l'optique d'améliorer la santé et la qualité de vie des individus.

Certains participants se sont inquiétés de la menace que constitue la grande fréquentation du parc pour la conservation et la protection de la faune et de la flore de la montagne.

Comment protéger la faune et la flore de la montagne tout en permettant à tous ceux qui le désirent de profiter de cet espace vert au cœur de la ville?

Résultats

Voici toutes les contributions reçues dans le cadre de ce questionnaire.

Veuillez noter que nous avons conservé les textes originaux sans procéder à aucune modification ou correction dans les limites de la netiquette de l'Office.

1. Opinion présentée par Jonathan Lachapelle

Interdire la marche hors sentiers. De nombreux sentiers officiels et moins officiels existent, il n’y a pas d’excuse pour marcher complètement hors sentiers. J’ai été témoins de nombreuses personnes qui marchent en ligne droite vers le sommet en essayant de se frayer un chemin hors sentier, ceci est inacceptable. Une meilleure supervision policière est nécessaire. Des panneaux aux entrées principales du parc énumerant les règles à respecter pour pouvoir y accéder devraient être installés.

2. Opinion présentée par Nicolas Vincent

Je serai direct en utilisant un exemple qui illustre de façon succincte le coût environnemental du projet-pilote.

Lorsqu'un usager se présente au secteur Ouest et...
1)... réalise que le stationnement est plein,
2)... remarque que les stationnements du secteur Est à quelques dizaines de mètres sont à moitié vide,
3)... décide de retourner sur Côte-des-Neiges,
4)... fais le tour complet de la Montagne,
5)... et finalement stationne à 100 mètres d'où il était 15-20 minutes plus tôt,

cela n'est PAS une situation positive du point de vue environnemental, que ce soit au niveau de la pollution de l'air ou sonore.

Je parle en connaissance de cause, cela m'est arrivé à trois reprises l'été dernier, comme à beaucoup d'autres usagers j'en suis certain.

3. Opinion présentée par Mélanie Luong Dinh Giap

Il est évident qu'une diminution du trafic à travers la montagne du Mont-Royal permettrait d'améliorer la qualité de l'environnement. Le chemin Camilien Houde-Remembrance, véritable autoroute au coeur d'un parc, n'a aucun lieu d'être lorsque l'on se rappelle que les vocations premières d'un parc sont avant tout la conservation de la faune et de la flore et la protection de la biodiversité. Le parc du Mont-royal situé au centre de la ville a également une vocation récréative pour les citoyen.nes qui souhaitent se balader, faire des activités physiques, se ressourcer loin du tumulte de la ville, pour leur santé physique et mentale
Il est visiblement important de rappeler que le parc du Mont-Royal est la première Aire protégée mise en place au Québec, soit : "Un territoire, en milieu terrestre ou aquatique, géographiquement délimité, dont l'encadrement juridique et l'administration visent spécifiquement à assurer la protection et le maintien de la diversité biologique et des ressources naturelles et culturelles associées." - MELCC.

Pour répondre plus directement à la question, la meilleure protection de la faune et de la flore que nous pourrions offrir à la montagne se ferait avec le retrait définitif de l'auto dans la montagne. Fort est de constater que de nombreu.ses.x citoyen.ne.s ne sont visiblement pas prêt.es à sacrifier leur confort quotidien lié à leur itinéraire habituel. Cependant, je suis convaincue qu'il est primordial, d'autant plus aujourd'hui en 2018 alors que l'urgence environnementale est sur toutes les lèvres, de redonner une place centrale aux espaces verts de nos villes et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les protéger et conserver leur intégrité écologique. Tout changement provoque des réactions positives et négatives et c'est bien souvent les avis négatifs qui font le plus de bruit, les personnes se mobilisent toujours plus pour décrier quelque chose que pour l'encourager. Néanmoins, je suis certaine que les personnes soumises à des changements dans leur trajets routiniers seront capables, sans de réels inconvénients, de trouver un autre itinéraire et de s'y habituer rapidement.

Il est intéressant de constater que la moyenne d'âge des personnes qui m'entouraient (et qui ne se privaient pas de maugréer à grands coups de soupirs et d'interventions inopportunes) lors de la rencontre du 8 novembre frôlait les 60 ans. Il n'est donc pas étonnant que ces personnes apportent un point de vue concernant les priorités environnementales aux antipodes de notre réalité du XXIe siècle. Les décisions prises aujourd'hui pour le parc du Mont-royal, serviront les générations futures et doivent donc être prise en regardant l'avenir (et l'auto-solo, ne fait pas partie de l'avenir).

4. Opinion présentée par marnie macdonald

keep foot paths in good shape .
make positive signage to explain parts that are roped off for regrowth so we all feel a part of the care of the mountain.

5. Opinion présentée par Audrée Wilhelmy

Certaines actions posées (comme le dépôt et les verres à redonner au Café Suspendu) me paraissent de bonnes solutions. Il faudrait entièrement bannir les pailles des lieux de restauration, éventuellement ne plus vendre de bouteilles en plastiques et créer (si elles n'existent pas déjà) de nombreuses stations de remplissage des bouteilles (quitte à vendre des bouteilles à l'effigie du mont dans les restaurants et au Café suspendu).
Je pense que des parcours d'interprétation de la nature pourraient aussi encourager les gens à rester sur les voies, et les inciteraient à ne pas nourrir les animaux (surtout les ratons) en contribuant à leur éducation.

6. Opinion présentée par Julie Vespoli


«Certains participants se sont inquiétés de la menace que constitue la grande fréquentation du parc pour la conservation et la protection de la faune et de la flore de la montagne.»

En effet. Je m'inquiète. Je fréquente la montagne 2 à 3 fois par semaine depuis des années et cet été j'ai constaté une augmentation marquante du nombre de personnes qui fréquentent la montagne, surtout les fins de semaine et l'été. De façon générale, plus de gens fréquentent la montagne lorsque la température est plaisante.

D'une part, je constate à quel point le grand nombre de touristes ont fréquenté la montagne cet été 2018. A mon avis, il y a une distinction à faire entre tourisme commercial et visiteur. Oui, tous devraient avoir accès à la montagne, mais commercialiser la montagne afin d'attirer les touristes me semble dépassé. Je constate depuis cet été 2018, 2 cafés ont ouverts (1 dans le chalet du belvédère et l'autre du coté est, le café suspendu) et que des pencartes ont été placées afin de signaler la présence du café suspendu (cela engendre une circulation dense à cet endroit, en effet,les gens qui ne sont pas familiers avec la montagne, préfèrent emprunter des chemins déjà tracés et ils empruntent ce même chemin). A mon avis, il faut limiter la densification de la circulation à l'intérieur mêmes des bois de la montagne, en créant des chemins facilement accessibles à la masse (le Chemin du Cercle est déjà concu pour ça);

D'autre part, il est incongruent de vouloir fermer l'accès à la circulation sur la voie Camilien Houde d'une part et d'autre part, d'encourager le tourisme commercial sur la montagne. A mon avis, il faut décourager le tourisme commercial sur la montagne et encourager l'essence naturelle de cet espace. Nous avons suffisamment d'espaces commerciaux au centre-ville. Ce lieu ne devrait pas avoir une vocation commerciale. Il devrait demeurer le plus organique possible: un espace ou l'impact humain est à son minimum, un espace ou les gens peuvent trouver silence et beauté, tranquillité et se détacher du bruit et du stress qu'emmène la vie en ville.

A titre d'exemple, je me promenais sur le chemin du cercle près du chalet du belvédère et la présence de la foule était telle, que j'avais l'impression de longer le boulevard Ste Catherine, de me retrouver en plein centre-ville : bruit, téléphones, cafés, selfies, pas d'espace pour prendre de l'air. Nous n’avons pas besoin d’une deuxième centre-ville sur le Mont-Royal.

Les gros autobus voyageurs ne devraient pas passer par le chemin Camilien Houle, si nous voulons être congruents. Ces autobus sont gros et bruyants. On pourrait laisser place au transport adapté pour les personnes à mobilité réduite et les autobus de la STM uniquement.

Il serait intéressant aussi de conscientiser les gens quant à l'écologie et la géologie de la montagne: par exemple, en identifiant les plantes et espèces animales qui y vivent et comment les respecter. Je sais qu'il existe ce type d'information à la maison Smith, mais je crois que les gens qui prennent le temps d'y entrer sont rares. Il serait intéressant d'intégrer cette information à même la nature ou même sur le belvédère, afin que les gens aient accès plus facilement à l'information et qu'ils réalisent que la montagne n'est pas un site touristique, ce n'est pas une statue, ce n'est pas un immeuble. C'est un espace naturel, vivant et dynamique.

Mis à part les touristes et le commerce, les montréalais en général semblent plus nombreux à fréquenter la montagne. À mon avis, il faudrait donc que la Ville de Montréal crée de plus en plus d'espace pour le naturel en ville dans leur schéma d’aménagement. La montagne ne devrait pas constituer l'unique façon pour les gens d’accéder à la nature. Il est temps, en temps qu’espèce humaine, que la nature refasse partie intégrante de nos vies.





7. Opinion présentée par pierre legault

il n'y a pas plus de véhicules qu'il y en avait avant.....
Les stationnements , quand il sont plein les gens vont ailleurs...

Mêler l'environnement a cette discussion est encore une fois BAFOUER la cause par des idéologies sans fondement...
On est dans un parc... sur le sommet d'une montagne... il n'y a pas d'air plus pur pour nulle part a Montréal...
Il t a de plus en plus d'auto électrique sans bruit sans pollution ,
Certains élus et leur PHOBIE de l'auto disent n'importe quoi.

8. Opinion présentée par Francis Jolivet

Je crois qu'on devrait autorisé un transit limiter dans ce secteur. Il serait toutefois pertinent de maintenir une accessibilité désservie par navettede la ville et sentiers pédestres.

9. Opinion présentée par Line Bonneau

Ce qui m’inquiète ce sont les comportements en forêt. La circulation sur CHR ne m’apparaît pas comme un problème urgent pour la conservation sur le mont Royal. Il y a trop de monde hors sentiers, hiver comme été. Il y a des bicyclettes hors des chemins prévus pour eux. L’accès au mont Royal pour les zones touristiques comme le Lac-aux-Castors, la maison Smith, le belvédère Kondiaronk ou le belvédère Camillien-Houde, ça va. Les chemins sont capables de prendre les cyclistes, les piétons, les bus, les cars et les voitures. Mais sur les sentiers et hors sentiers, même la sensibilisation n’est pas suffisante. Le mont Royal a besoin de protection contre les comportements qui mettent en péril les espèces animales et végétales et il faut agir sur les récalcitrants. À l’heure actuelle, c’est la police qui détient ce pouvoir mais elle le néglige et se sert plutôt du mont Royal comme d’un outil de relations publiques. À redresser.

Parlant pollution, le belvédère soleil est un bel exemple de pollution visuelle. Je suis contre un belvédère aménagé à cet endroit. En plus, le belvédère de 2018 cachait la vue à aux usagers des autobus. Quelle perte!

10. Opinion présentée par k martin

1, moins de voiture
2. Notification que les velos, piétons ne peuvent pas aller dans la foret
3. minimize the paths in the forest - monitor the forests more closely to close these paths
4.have biologists who work to maintain the right mix of trees and plants to optimize biodiversity and local species

11. Opinion présentée par Remi Alaurent

Le parc n'est pas une aire de conservation, c'est illusoire et profondément méprisant pour les citoyens de vouloir qu'il le soit : si on veut de la nature sauvage, on peut sortir de la ville. La grande fréquentation du parc affecte naturellement l'environnement. Quelle serait la solution? Interdire ou limiter l'accès (aux seuls amoureux de la nature? Aux résidents des environs? Hors de question, le parc doit rester public et accessible à tous, gratuitement.

Néanmoins, des aires peuvent être circonscrites pour renaturalisation, et il faut réprimer sévèrement les usages sauvages tels que le vélo de montagne hors chemins, les feux, le camping nocturne. Il faudrait aussi éduquer et contrôler les dépôts illégaux de déchets (maudites bouteilles de plastique et canettes… et crottes de chiens), disposer des poubelles et des postes de recyclage en plus grand nombre.

12. Opinion présentée par Barbara Mayman


I recommend remembrance road remain open during the week and closed on week-ends.

13. Opinion présentée par Aline Manson

Campagne de sensibilisation auprès des usagers du parc.
Corvées collectives de nettoyage.

Pollution sonore :interdire les haut-parleurs portables et les radios utilisés de plus en plus par des marcheurs

Message à donner : la montagne est à tous dans le respect de chacun. C’est un lieu calme, propre et beau.

14. Opinion présentée par Benjamin Herman

En limitant le nombre d'espace dans le stationnement ouest (comme est présentement le cas), ça force selon qui habite au ouest du parc d'accéder le parc par la rue Camillien-Houde (pendant la fin de semaine). Cela contribue plus au émissions de CO2 que si on avait pas une barrière sur la rue Camillien-Houde.

En plus, le surplus de traffic sur la rue Côte-Saint-Catherine et Pine élimine les bénéfices des automobiles traversant le parc par Camillien-Houde. Le surplus de traffic, en effet, ajoute les émissions CO2 dans l'atmosphère comparant au cas que les automobiles sont laissé à traverser le parc par Camillien-Houde.

15. Opinion présentée par Joelle Raymond

Ne pas interdire la circulation de transit, car contourner la montagne augmente grandement les émissions de gaz des voitures car ils passent beaucoup plus de temps sur la route.

Protéger une petite zone différente chaque année en empêchant l'accès aux humains, afin de permettre à la faune et la flore de reprendre son état naturel.

16. Opinion présentée par Agnès Renoux

Si le transit est interdit, la circulation sera nécessairement réduite. Les voies d'accès pourraient être ré-aménagées pour une circulation plus lente. L'espace gagné pourrait être aménagé pour ajouter des arbres, ce qui aura un effet bénéfique sur la faune et la flore de la montagne.

La qualité de l'air et la réduction du bruit dans le parc sont très importantes pour les usagers. La réduction de la circulation va nécessairement améliorer les 2.

17. Opinion présentée par Janina Janina Burke

Closing this road is NOT the right approach. I have no problem with putting in traffic control measures, but to divide the city in half is irresponsible and detrimental to the unity of the city. Other measures such as calming dividers, speed bumps, additional stop signs, etc. would provide the safety for all, but allow everyone who wants to access the mountain can do so from both sides. These measures would allow everyone access to our beautiful mountain and still provide safety for all. Many families who don't have cars and use the mountain as their gardens and parks are being denied real access.

18. Opinion présentée par Francine Couillard

Les montréalais qui fréquentent régulièrement la Montagne sont en général respectueux de la nature.


Les montréalais sont les payeurs de taxe de l'entretien de ce site merveilleux.
Je verrais mal la ville interdire l'accès à certaines catégories d'utilisateurs ou à certains véhicules de montréalais.

Pour moi il faut redonner la Montagne aux montréalais en tout temps et s'il y a des restrictions à faire c'est plutôt aux autobus de touristes qui déversent en tout temps des gens moins concernés que nous par la conservation de notre patrimoine car il ne leur appartient pas.
Pourquoi ne pas limiter l'accès des cars de touristes i.e. limiter leur nombre par jour: ce sont eux que j'ai vus l'été laisser tourner leur moteur polluant à l'arrêt pendant des heures.

19. Opinion présentée par Michel Préville

ENVIRONNEMENT

Il est impératif d'interdire complètement les vélos, et surtout les vélos de montagne, dans les sentiers et hors sentiers (sous-bois), à cause de l'érosion qui découle de leur passage, sans compter les jeunes pousses écrasées.

Le vélo devrait être toléré uniquement sur les chemins asphaltés ou en poussière de roche. Point.

20. Opinion présentée par Jonathan Lachapelle

Interdire la marche hors sentiers. De nombreux sentiers officiels et moins
officiels existent, il n’y a pas d’excuse pour marcher complètement hors
sentiers. J’ai été témoins de nombreuses personnes qui marchent en ligne
droite vers le sommet en essayant de se frayer un chemin hors sentier, ceci
est inacceptable. Une meilleure supervision policière est nécessaire. Des
panneaux aux entrées principales du parc énumerant les règles à respecter
pour pouvoir y accéder devraient être installés.

Vous aimeriez faire une contribution de plus de 250 mots ? Faites-nous parvenir un document !

Envoyer un document