Message d'avertissement

Les soumissions de ce formulaire sont closes.

Secteur des Faubourgs
Votre opinion en ligne

Architecture

La Ville de Montréal prévoit la construction de 10 000 nouveaux logements sur les 35 hectares disponibles dans les futurs milieux de vie. Selon la règlementation d’urbanisme en vigueur dans l’arrondissement de Ville-Marie, les hauteurs des futurs bâtiments varieraient entre 25 mètres et 45 mètres, ce qui correspondrait à 8 et 15 étages environ.

Quelques questions pour guider votre réflexion :

  • Comment améliorer l’intégration des nouveaux bâtiments construits dans les milieux de vie existants?
  • Quels sont les éléments à prendre à compte dans l’architecture des bâtiments qui seront construits dans les futurs milieux de vie?
  • Quelles seraient les conditions à mettre en place pour que vous considériez comme acceptable une hauteur de bâtiments plus élevée (8 à 15 étages) dans les futurs milieux de vie?

S.V.P., donnez une réponse la plus précise et détaillée possible.

 

 

Résultats

Voici toutes les contributions reçues dans le cadre de ce questionnaire.

Veuillez noter que nous avons conservé les textes originaux sans procéder à aucune modification ou correction dans les limites de la netiquette de l'Office.

1. Opinion présentée par Emeric Gendron

Il est certain que si le bâtiment est construit à la place d’anciens bâtiments, une intégration architectural serait le parfait mélange ! Il faut aussi penser que Montréal ne restera pas un petit centre urbain à tout jamais.. l’Amérique du Nord (principalement les villes nord américaines et canadienne vont devenir des centres urbains majeurs comme New-York. Dans cette pensée il faut donc créer de haut espace (plus de 15 étages... même 50) pour avoir un espace au sol ou des espaces verres. Il ne devrait pas avoir de condition pour dépasser une hauteur de 15 étages, nous sommes déjà beaucoup pénalisé en terme de développement immobilier à cause des hauteurs. Il faut penser au futur, si nous nous limitions toujours au hauteur, la ville sera saturé et les prix augmenterons.. comme Toronto. Et nous ne voulons pas cela.

2. Opinion présentée par Claude Boullevraye de Passillé

En tant qu'architecte sénior et designer urbain ayant conçu des projets de plus d'un kilomètre carré au niveau international, je recommande ici des principes généraux pour de nouveaux projets de reconstruction urbaine.


0 - L'institution par les règlements municipaux, de favoriser une mixité extrêmes des fonctions dans le quartier. Car la mixité manque.

1 - L'institution par les règlements municipaux, d'une densification minimale de 5 ou 6 pour tous les projets (de 6 ou 7 sur les coin de rues) ; mais avec une porosité obligatoire d'au moins 16.66% (1/6) du volume construit en espace de terrasses ouvertes et/ou végétalisées pour usages variés (incluant certains sports). Cette porosité ne peut être disposée de façon linéaire uniquement verticale ou de façon linéaire uniquement horizontale, mais à diverses endroits (selon l'évaluation des architectes) divers paramètres d'usages, de proximités, de structure, d'éclairement, de composition formelle, de vues accessibles, etc.

2 – L'institution par les règlements municipaux, la végétalisation extensive de toutes les toitures (sauf les espaces techniques ou terrasses) en continu pour usage semi-publique / semi-privée. J'encourage les avocats de la Ville de Montréal à réfléchir activement sur la notion d’expropriation des droits aériens, de baux emphytéotiques aériens, ou tout autre méthodologie légale pouvant produire un espace partagé sur toit pour la qualité de vie et de vue des occupants et passants.

3 - L'institution par les règlements municipaux, de favoriser l'usage non-résidentiel de tous les espaces de RDC (et parfois du 2e) dans l'ensemble du quartier. Ceci afin de produire une plus grande mixité de commerces et destinations de proximité.

4 - L'institution par les règlements municipaux, favoriser la construction d'équipements publics au dessus les usines Molson, sans aucune altérations au bâtiments existants (sauf pour les percements de structure, ascenseurs et d'issues).

5 - L'institution par les règlements municipaux, favoriser les plus hauts standards écologiques de construction et énergétique pour atteindre la carbo-neutralité et la « generative architecture » dans l'ensemble du quartier.


atelier -Apsis . 5333 casgrain, suite 1202B Montreal QC H2T 1X3 438-988-1342

3. Opinion présentée par Chantal Bilodeau



L'édifice et la rue je ou plusieurs de nous habitons présentement (entre la rue Fullum, Dufresne et Poupart coin Sainte-Catherine Est) représente un joyau d’architecture de la fin 1800 début 1900.

De leurs fenêtres de leur résidence les habitants peuvent admirer depuis plus de 118 ans le fleuve et depuis plus de 97 ans le pont. Il est difficile pour moi de concevoir que la vue du fleuve pourrait être compromis….. Ne pourrions-nous pas conserver la vue du fleuve tout comme de la même façon nous conservons la vue de la montagne?

L’échelle humaine de ce quartier le rend tellement plus spéciale. Cette enclave de paix à l’Est du Cartier Gay est restée un village ou les gens se salut se reconnaissent. Les sœurs de la providence en laissant leur immense couvant à des causes sociales et logements abordable pour personnes agés autonome a maintenue l’intégrité de ce qu’est ce quartier. Tous les jours nous voyions les habitants de l’anciens Couvant des Sœurs Grise prendre leur marche. Les personnes âgées se mêle aux travailleurs qui se rendre au Ministère de l’éducation ou à Télé Québec. Les rires des enfants dans la cour de L’école Champlain se fait entendre même s’ils n’ont pas une grande cour pour se défouler….

Les voitures sont rares après 18:00 et encore plus rare les fins de semaines.Les gens se déplace à bicyclette. L’accessibilité au centre-ville par le vélo est maintenant tellement facile par le rue Notre-Dame et De Maisonneuve.

N’avons-nous pas déjà construit assez de tour a condo au centre-ville et dans Griffin Town?

Pourquoi ne pas créer à l’opposer un développement résidentiel – VERT, LEED?

Construisez des maisons de villes pour les familles, des garderies, des édifices avec jardins de type LUFA sur les toits terrasses, des parcs avec fontaines et sculpture d’artiste de chez nous. Les écoles du quartier attendent juste plus d’enfants.

Voyons à crer une vague économique et environnemental saine au lieu d’une vague de bloc de béton.

4. Opinion présentée par Luc Girard

Je refuse que les nouveaux bâtiments soient plus hauts que ceux déjà existants; l'architecture du Faubourg à m'lasse doit être protégé de ces boîtes de biscuits sodas qui tiennent sur des feuilles de plywood. Déjà que celui qui va être bâti à la place du Club Sandwich est trop haut et d'une laideur abyssale. Comment faites-vous pour adhérer à ces structures ridicules et laides? Avez-vous déjà visité Paris, Rome ou Avignon? Il est vraiment déplorable qu'on fasse tout pour ne plus respecter la beauté d'un quartier qui est encore historique. On n'est pas au coin de Stanley et Ste-Catherine, on est dans le village. Déjà que le noveau bloc de verre de Radio-Canada bloque la vue du pont, comment voulez-vous que le quartier en tire profit?
Ça me décourage de voir toute cet aveuglement volontaire.
J'imagine qu'il y a des pots-de-vins sous ça, quand on voit les noms des promoteurs....

5. Opinion présentée par Pierrick Drouin

Pour moi, la hauteur n'est pas un problème pour l'instant. Je souhaite surtout parler de l'aspect de la qualité des constructions qui seront faites. Aujourd'hui, il est essentiel de choisir des matériaux locaux, durables et de miser sur une excellente efficacité énergétique des nouveaux bâtiments. Les toîts verts afin de mieux réguler les îlots de chaleur doivent également devenir une norme! Nous devons faire les choses autrement et ce, rapidement. J'ai confiance pour le design, qui est important également. Pour le moment, le principal problème est plutôt d'ordre écologique.

Merci!

6. Opinion présentée par Florian BOISSIN

Bonjour,

Je souhaites contribuer aux discussions sur l'architecture à travers mon regard d'étranger; Je suis français et habite à Montréal depuis deux ans; J'ai acheté un condo dans le village pendant l'été 2018 et m'intéresse beaucoup à l'architecture et l'histoire de Montréal.
Je voudrais donc parler avec mon regard extérieur de ce qui selon moi et je ne pense pas être le seul, participe à la beauté et au coté unique de l'architecture de Montreal; Et pour moi, la brique en fait partie, et notamment les tres fameux triplex que l'on retrouve dans une grande partie de la ville; l'héritage Européen du Quebec, c'est aussi la recherche de l'esthétisme; je voudrais aussi rappeler que ce qui est beau apporte du bonheur; L'héritage anglo-saxon, c'est la fonctionnalité (Exemple, avoir un gym, un spa, un stationnement, une piscine en haut du toit, une épicerie, tout ca dans le meme building);

Je vois de nombreux nouveaux projets comme le Bourbon dans le village et dans Griffintown, clairement inspirés de cette recherche de la fonctionnalité à l'anglo saxonne; Mais ces projets oublient une chose importante: La beauté exterieure, et surtout le coté intemporel de l'architecture; Une architecture intemporelle est une architecture qui sera encore attrayante dans un siècle, et c 'est possible; Je pense, c 'est mon avis personnel, que ces nouveaux condos (dont je viens de parler) seront déjà démodés dans quelques années, car ce qui suit une mode se démode; De plus, la plupart de leur façades ont l'air de plaques de ciments et de metal, qui selon mon avis n'est pas esthétique et a tendance a vieillir très mal. Montreal, c'est la brique ou la pierre, ou au moins une bonne proportion de ces matériaux quand il s'agit des façades.

En conclusion, je souhaiterais que les promoteurs se posent les question de savoir:
Est ce que ce qui est construit est beau?
Est ce que dans 100 ans, ce sera toujours beau?
Y-a-t-il une part d'intemporalité dans ce qui est construit?
Est ce que ça s'inscrit un minimum dans la tradition architecturale de Montréal, c'est à dire notamment, y aura t il une utilisation de la brique et de la pierre?

Ou est ce que c'est une autre de ces constructions comme le Bourbon ou ce qu'il y a à Griffintown, qui va venir retirer de l’intérêt visuel et architectural à la ville (je parle des parties résidentielles de la ville) et la dévaloriser, notamment sur le moyen et le long terme? Avec les nombreux impacts négatifs que cela peut avoir, notamment sur le tourisme et sur le bonheur des habitants du quartier et des Montréalais en général.

Merci
Bonne journée
Florian

7. Opinion présentée par Menzies David

Je vis près des monstruosités que sont les tours de copropriété Solano. Ce serait merveilleux d'éviter de construire des bâtiments aussi laids que ceux-là à l'avenir. Merci.

8. Opinion présentée par Dominique Dumortier

Bonjour,

Construire des logements dans cette zone est important. Mais il faut que :
- il y ait une diversité de modes d'habitations : des logements en location, d'autres à vendre, des immeubles à étages (condos), d'autres plus restreints (duplex ou triplex ou maisons de ville en rangées)
- que l'accès à l'eau soit public. Pas de terrain privé sur au moins 200 pieds en bordure du Saint-Laurent et un accès facile pour tous (piétons et vélos).
- que la bordure du Saint-Laurent ne devienne pas une rangée de tours à condo comme c'est le cas avec les dernières phases du Solano ; il faut limiter à 4 ou 5 étages la hauteur des immeubles en bordure de l'eau. Plus en retrait (au nord de la rue Saint-Antoine, les immeubles pourraient être plus élevés.

Il faut également prévoir des équipements communs : parcs, terrains de jeux (enfants et adultes), piste cyclable, pourquoi pas une école, un gymnase, une piscine.

Enfin, pour en faire un vrai quartier qui vit (et non pas un espace dortoir comme Griffintown), il faut imposer dans les nouvelles constructions que les rez-de-chaussée soient à vocation commerciale (épiceries, cafés, pharmacie, bureau de poste, toute la gammes des commerces de proximité).

9. Opinion présentée par Sylvain Couture

On oubli parfois que le pont Jacques-Cartier est une formidable porte d'entrée sur le centre-ville de Montréal offrant une vue exceptionnelle sur le secteur à développer.

J'aimerais que dans 20 ou 30 ans d'ici, lorsqu'on entrera à Montréal de la Rive-Sud par le pont Jacques-Cartier, on ressente l'énergie et l'effervescence du centre-ville avec une forêt de gratte-ciels qui s'étend jusqu'au pont Jacques-Cartier d'une part, et le contraste, d'autre part, d'une ville à dimension humaine avec espace verts matures, multiplex, rues marchandes, etc, lorsqu'on sort du pont à partir de la rue Ontario et de DeLorimier.

10. Opinion présentée par Sylvain Frenette

Bonjour,

Au nom de la lutte à l'étalement urbain, les autorités réglementaires exigent dorénavant des villes de banlieux une plus grande densité.

Tout juste de l'autre côté du pont Jacques-Cartier, Longueuil construit en hauteur depuis longtemps et ça s'intensifiera dans son nouveau centre-ville.

Mais beaucoup plus loin aussi. Dans des municipalités où il n'y a pas si longtemps on y construisait surtout du bungalow, on exige maintenant plus de densité. Ainsi on voit apparaître fréquemment depuis quelques années des édifices de 6, 7, 8 et 10 étages et plus dans des villes comme Brossard, Candiac, Beloeil, Châteauguay, Saint-Jean-sur-Richelieu et même aussi loin que St-Hyacinthe qui vient de modifier le zonage de son centre-ville historique pour y construire en hauteur à l'avenir. Du jamais vu dans ce type de centre-ville régional.

Au centre-ville de Montréal, faut être cohérent. Dans ce contexte, il n'est pas justifié de limiter les hauteurs du secteur à requalifier à 45m alors que trône en son centre la tour Radio-Canada à plus de 100m. Soyons conséquent. La lutte à l'étalement urbain ça commence au centre-ville de Montréal. Les hauteurs permises devrait au moins être aligné sur l'existant, soit la tour Radio-Canada.

11. Opinion présentée par Sylvain Frenette

Bonjour,

Dans ses nouveaux règlements, PPU ou autres, la ville devrait traiter différemment les secteurs existants de ceux à requalifier.


Par exemple, les secteurs existants où les plex sont omniprésents, ce type d'architecture et de densité devrait être protégées et même favorisées pour les nouvelles constructions et rénovations. Ça pourrait même inclure la porte Ste-Marie.

Cependant, dans les nouveaux secteurs, on devrait se lacher lousse avec de l'architecture moderne, avangardiste même, qui reflète la personnalité créative de Montréal.

Ne pas tenter de reproduire le style plex dans les nouveaux quartiers. Le fait de diversifier les styles aura aussi pour effet de mettre en valeur le déjà bâti. Il doit y en avoir pour tous les goûts et tous les styles.

12. Opinion présentée par Manon Caron

Il y a un éléphant dans la pièce : L'ancienne tour Radio-Canada.

La mal aimée. On voudrait ne pas la voir mais elle est là. Cette tour fait plus de 100 mètres. Toutes nouvelles règlementations qui limiterait les hauteurs à moins, aura pour effet de mettre en valeur cette tour qui surplombera tous les environs. Est-ce vraiment ce que l'on veut? Non.

Le maximum de 45 mètres envisager, c'est moins que la moitié de la hauteur actuelle de Radio-Canada. Ainsi, la tour R-C continuerait de dominer largement le paysage. Ce serait une occasion manquée.

13. Opinion présentée par Jocelyn Boucher

une certaine harmonie de hauteur doit exister entre les habitations existantes et les futures. par contre dans le secteur Radio-Canada de hautes tours pourraient exploiter au maximum le terrain existant. plus il y aura de logements et condos sur le site, plus il y aura de monde et pourra faire revivre les commerces du village.

pour le terrain vaquant sur de Lorimier, il y avait un projet de très hautes tours. je suis tout à fait pour. en traversant le pont du côté de Longueuil on voit que c'est une ville en pleine expansion avec ses tours, du côté de Montréal, un terrain abandonné... s'il y avait des tours aussi de notre côté ça donnerait plus de prestige pour l'entrée dans Montréal. Ce n'est pas normal que Longueuil ait plus l'image d'une grande ville que Montréal.

14. Opinion présentée par Nicolas Le Berre

La typologie en bloc (îlot fermé carré) ne s'accorde pas avec la trame existante et risque de reproduire les tours Solano.

Arrêter la promenade fluviale à cause de la Canadian Rubber plutôt que la continuer jusqu'au pied du courant est d'un manque de vision abberant. Le prolongement de la rue de la commune est une bonne idée, mais il faut aussi prolongé le belvédère du chemin qui marche jusqu'au pont. On parle d'un développement de plusieurs dizaine de milliards de dollard sur au moins 20 ans, un peu d'envergure!

Il faut limiter la hauteur des immeubles à la hauteur du tablier du pont Jacques-Cartier (environ 35 mètres, 10 étages, pas de sur-hauteur) afin de conserver les vues vers le mont-royal. Le boulevard Ville-Marie, avec le boulevard Renée-Lesveques, vont demeurer des fractures urbaines majeurs s'ils conservent une emprise aussi large, et ce peut importe l'encadrement proposer par les immeubles. Si certains développeur veulent des sur-hauteurs pour des tours, qu'ils effectuent une démarche particulière, cela ne doit pas être autorisé de facto par la réglementation.

Il faut prolonger le mouvement du square viger jusqu'au parc Somher, puis le parc Somher jusqu'au pont Jacques-Cartier. Il faut un accès universel au pont à partir de son pillier principal, sinon l'accès au parc Jean-Drapeau, juste à côté, est très difficile en transport actif. N'hésitez pas à proposer un mode de transport collectif structurant sur le pont, c'était prévu à sa construction! Avec le SLR sur Notre-Dame, Taschereaux, Champlain, il y a une véritable boucle qui se développe et le pont Jacques-Cartier serait le seul élément manquant. Le pont sera encore la dans 100 ans, il faut prévoir son futur en dehors de l'hégémonie de la voiture solo!

Le tunnel Beaudry et la rue Saint-Antoine sont très, très mal inséré dans la trame proposée. Je vois mal comment la station de pompage Craig participe à la connection ville/fleuve en étant enfermé sur un ilôt du côté nord du boulevard.

Un grand merci d'avoir tenté de corriger la nouvelle maison radio-canada qui va faire complètement dos au boulevard urbain à échelle humaine Ville-Marie.




15. Opinion présentée par François CARON B.Sc.

- Ne pas bâtir des habitations près de l'emprise du pont J-Cartier, une qualité de vie et d'intégration architecturale médiocre en résultera;
- Utiliser le terrain de la Molson bientôt évacué pour faire une esplanade de jeux John-Molson et relier la future esplanade Des Patriotes prévue dans le décret 1130-2002;-

- Conserver seulement les bâtiements de la brasserie Molson qui ont survécu à l'incendie de 1852;

- Faire deux carrefours giratoires Delorimier et et Papineau en tranchée pour y installer la dalle-parc reliant les deux esplanades.

- La récupération des vues sur le fleuve est impérative.

- La densification du site Radio-Canada est souhaitable, cependant.

- 10 000 logements est bien que trop pour ce secteur, il faut réduire au nombre d'expropriéEs pour les projets de Radio-Canada et de l'Autoroute Est-Ouest des années '70's. (+/- 2500, pas plus)

16. Opinion présentée par Guillaume Gagné

Les façades qui sont orientées vers l'autoroute Ville-Marie devraient être occupées par des locaux à bureau.

Des stationnements en bord de rue devraient être aménagés sur le futur boulevard urbain Ville-Marie pour changer la dynamique de circulation dans le quartier.

Si ces grands bâtiments désincarnés ne réussissent pas à attirés des ménages, on se retrouvera avec un quartier pire que Griffintown.

Les bâtiments devraient imiter la maçonnerie du Vieux-Montréal afin d'aider à donner une âme à toutes ces nouvelles constructions.

Vous aimeriez faire une contribution de plus de 250 mots ? Faites-nous parvenir un document !

Envoyer un document