Soulignant l’extraordinaire mobilisation que ce mandat a suscitée, notre présidente, Dominique Ollivier, a déclaré : « Au lancement de cette consultation, nous disions vouloir faire le pari de l’intelligence collective pour trouver des solutions pour Montréal en associant l’énergie des citoyens au débat entourant les énergies fossiles et les énergies renouvelables. En cinq mois, c’est plus de 3500 citoyens et organisations qui ont répondu à notre invitation. »

En plus des séances traditionnelles d’audition d’opinions écrites ou orales, nous proposions une diversité de moyens pour recueillir l’avis des citoyens : une consultation en ligne dans une plateforme qui permettait les débats d’idées, des activités contributives citoyennes (consultations auto-organisées à partir d’une trousse téléchargeable), des rencontres d’experts et un marathon créatif. En ont découlé 92 mémoires, plus de 50 événements, près de 500 pistes de solutions et une vingtaine de projets.

collage consultation énergies fossiles OCPM

Le rapport démontre que pour la majorité des participants à la consultation, la réduction de la dépendance aux énergies fossiles s’insère dans une action plus vaste visant, à terme, la réduction des gaz à effet de serre et la lutte aux changements climatiques. À ce titre, les solutions proposées touchent l’ensemble de la société de consommation et débordent du cadre strict du mandat de consultation. «Les résultats bruts de la démarche constituent une mine de renseignements et de suggestions, de références à des expériences d’ici et d’ailleurs, qu’il a été particulièrement ardu de traduire en quelques recommandations permettant de réduire la consommation d’énergies fossiles à Montréal. » a jouté la présidente.

Conformément au souhait exprimé par le maire et par les collectifs de citoyens à l’origine de cette demande de consultation, la commission de l’OCPM a tenté, sur la base des informations qui lui ont été fournies, d’identifier les grands domaines d’activité propices à une réduction significative des énergies fossiles, de dégager des perspectives porteuses et des initiatives concrètes à insérer dans les politiques de la Ville ou en cohérence avec ses responsabilités et, finalement, de mettre en lumière les efforts que les citoyens eux-mêmes sont prêts à consentir et la façon dont la Ville pourrait soutenir cette volonté. Le corpus des solutions proposées demeure néanmoins disponible sur notre site.

Le rapport de la consultation propose, dans un premier temps, de grandes recommandations transversales qui demandent des changements de principes et de paradigme, puis des solutions spécifiques dans des domaines tels que les bâtiments, le transport des marchandises, le transfert modal, etc. Au terme de la consultation, la commission évalue que pour réaliser une véritable transition énergétique, la Ville doit profiter de cette conjoncture favorable pour énoncer rapidement des orientations claires qui devront s’ériger en principes de manière globale dans toutes les actions et politiques de la Ville. Elles se déclinent en quatre thématiques : la Ville doit se doter de mesures et d’indicateurs performants pour suivre les progrès, ainsi que se donner une obligation de rendre des comptes à la population pour développer une culture du succès. Elle doit favoriser en priorité les actions qui permettent de changer le paradigme du tout-à-l’auto et d’aménager une ville moins dépendante des énergies fossiles. Elle doit développer des mécanismes et exercer un leadership fort afin de permettre de financer la transition énergétique. La Ville doit devenir exemplaire dans ses pratiques et sa propre gestion afin de devenir un modèle, d’imprimer le mouvement et d’appuyer la mobilisation de la collectivité dans tous les domaines où la réduction de la consommation des énergies fossiles est possible.

La liste des recommandations est disponible dans le dossier de presse (version française et version anglaise) alors que le rapport complet est disponible ici.